Inscriptions 2018
>

L’ESAA Aquitaine fête ses 10 ans

L’ESAA Aquitaine fêtera cette année ses 10 ans.

Certains diraient plutôt 112 ans, eu égard à la création de l’EDAAG ( Ecole Départementale d’Arts Appliqués de Gironde) en 1902 dont l’ESAA Aquitaine est l’héritière directe.
Le 11 octobre 2004, L’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués d’Aquitaine faisait en effet sa première rentrée au Château de Lestaules à Cestas...
10 ans déjà, l’occasion de revenir sur une école d’arts appliqués hors norme qui affiche depuis le début sa volonté de ne répondre à aucun des schémas classiques des écoles d’arts privées en France.

Installée pendant 4 ans dans un château à Cestas, elle emménage en 2008 à Gradignan à quelques pas du domaine universitaire Bordeaux III et de l’école d’architecture. Cet emplacement géographique signe déjà son goût pour la différence : L’école ressemble à un grand loft, modulable, de plus de 600 m² et héberge 50 élèves et 12 professeurs... 50 élèves seulement ! L’ESAA Aquitaine, c’est, entre autre, cette volonté simple de former peu de personnes dans des conditions d’enseignement proches du cours particulier.

En 10 ans, l’école a en effet su proposer un modèle économique viable, en évitant de souscrire au modèle, trop bien représenté, de l’enseignement supérieur privé... L’école, sous forme associative, ne perçoit aucune subvention, ne répond à aucun format de l’enseignement supérieur et dépend seulement de la formation professionnelle. Elle y gagne une autonomie totale dans sa façon de mettre en place ses programmes pédagogiques et se donne ainsi les moyens de former en très peu de temps des professionnels polyvalents pour les métiers des arts graphiques, de l’aménagement d’espace et de la communication visuelle. Pour cela, l’école mise sur des effectifs réduits... vraiment réduits :
18 élèves en année préparatoire, 8 élèves par année de spécialité maximum...
L’attention des étudiants, la pertinence des échanges, le confort d’écoute sont simplement incomparables.

  • Le choix de la cohérence

Pour autant, l’école ne s’arrête pas là. Elle fait encore le choix, peu suivi, de dispenser jusqu’à 1000 heures de cours par an (soit environ 32 heures/ semaine sur 33 semaines) sans jamais spécialiser ses enseignements. Pour exemple, un infographiste sera ainsi autant capable de créer une illustration par des moyens traditionnels que d’utiliser la photographie, l’infographie 2d ou 3D pour la réaliser. Formé également aux langages web, il pourra en outre présenter son travail sur une plate-forme internet ou encore créer un mini jeu vidéo pour démontrer ses différents savoirs faire... A former des couteaux suisses, l’ESAA Aquitaine n’entend pas rejoindre le lot commun des écoles d’arts privées mais exprime clairement le souhait de donner un maximum de compétences et d’opportunités professionnelles à ses étudiants plutôt que «  vendre des statistiques » de placement professionnel souvent bien illusoires dans le contexte économique actuel...

Enfin, l’ESAA Aquitaine a fait le choix, depuis ses débuts, de ne jamais communiquer d’une manière qui puisse avoir une incidence sur le prix de ses formations ou l’obliger à recruter plus d’élèves pour satisfaire à des objectifs marketing. Le budget de communication de l’ESAA aquitaine ne dépasse pas 600 € à l’année... L’équipe de direction ne perçoit simplement aucune rémunération...

Ainsi, sur 5000 € de frais que coûte une année de formation, 3500 € sont destinés aux salaires de l’équipe pédagogique, 1500 € aux loyers et charges locatives de l’école, 235 € sont alloués au matériel pédagogique et moins de 15 € seront destinés à la communication...

Pour la direction de l’école, il s’agit « simplement », et c’est là presque une originalité, d’être cohérent avec la réalité du marché du travail... Former peu de monde, c’est s’assurer que les élèves trouveront plus facilement une place. La tendance serait plutôt à inonder le marché de « designers spécialistes » formés théoriquement qui produisent des travaux plus à même de faire la promotion d’une école que démontrer des compétences individuelles... « La cohérence et la prise en compte de l’humain ne constituent clairement plus la voie la plus empruntée dans l’enseignement artistique » se désolent Laurent et Olivier Giboulot, directeurs de l’ESAA Aquitaine...
Le « Design  », mot fourre tout ô combien galvaudé, quand il n’est pas seulement utilisé à des fins simplement marketing ou brandi comme étendard politique d’une relance économique qui tarde à revenir, fut un concept autrefois humaniste, auquel l’ESAA Aquitaine préférera toujours un terme plus discret, certes moins vendeur : les « arts appliqués ».

  • Les 10 années à venir  :

A l’horizon de ce 10ème anniversaire, l’école ne cesse d’évoluer et présente quelques nouveautés, notamment un site Internet plus complet, la mise en place d’un système d’ évaluation sans note pour la rentrée 2014-2015, la création d’un mini fablab au sein de l’école... et de nombreux autres projets satellites que l’école souhaite mener pour démontrer que d’autres modèles d’enseignement artistiques sont possibles et souhaitables :

  • Afin d’établir des ponts trop rarement établis entre les différentes formes d’expression artistique, l’ESAA Aquitaine est pleinement engagée auprès de Pleonasm, association franco-belge de promotion et de diffusion d’artistes contemporains dont une exposition, en partenariat avec la mairie de Bordeaux, a été programmée au mois de mai 2014 à la galerie des étables à Bordeaux.
    http://www.pleonasm.eu
  • Pour donner à penser que d’autres modèles d’enseignement artistique privé sont possibles et permettre de comparer les différentes formations artistiques françaises sur la base objective de données factuelles simples et démontrables, l’ESAA Aquitaine lancera en 2015 le site http://www.formation-arts.com qui permettra notamment de générer l’équivalent d’une étiquette énergie pour comparer facilement une école d’art privée sur le rapport de 3 facteurs (Nb d’heures dispensées, Prix de la formation, Nb d’élèves en cours).
  • Dans le but d’être également une plate-forme de distribution d’outils graphiques et artistiques et engager sa volonté de participer à l’émergence des MOOC et autres initiatives de mises à disposition gratuite de supports de cours, l’ESAA Aquitaine a mis en place le site http://www.design-graphique.com, une banque de ressources graphiques gratuites accessible depuis le mois de juillet 2014.
  • Enfin, l’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués prépare son avenir immobilier en proposant sa candidature sur l’un des projets de réhabilitation des magasins Sud de la Caserne Niel. Elle rejoindrait là un acteur incontournable de l’action culturelle bordelaise. L’ESAA Aquitaine se fait fort d’être un voisin et collaborateur actif dans les actions de diffusion, de formation et de communication web de ce nouveau lieu dédié aux activités artistiques et culturelles. L’ESAA Aquitaine entend dans tous les cas engager dès l’automne 2014 un rapprochement actif de sa structure vers la Fabrique POLA et les différents acteurs qui la composent, notamment les associations Zebra 3 Buyself, Documents d’artiste, le LabX, le Labo Photo, etc...
  • Bilan 2013-2014

La 9ème année de formation l’ESAA Aquitaine s’est terminée le 19 juin 2014.

L’année 2013-2014 a notamment vu le retour à temps plein d’Olivier Giboulot, directeur pédagogique, après avoir exercé la fonction de Designer industriel dans la Jeune Entreprise Innovante Novaltess SAS, société de céramique innovante dirigée par Jean Pierre Grenier et largement soutenue depuis 2010 par Oséo, la BPI, la Région Aquitaine... http://www.novaltess.fr.

Une nouvelle composante de l’ESAA Aquitaine est apparue, l’ESAAA Lab ou l’entre lab, petit laboratoire d’expérimentation artistique, mis en place en mars 2014 et dont la vocation est d’ouvrir les champs d’application et de compétences de l’école à d’autres secteurs que les seuls arts appliqués... Outre des outils d’acquisition et d’impression 3D, et la volonté de développer une activité proche des « repair cafés », l’entre lab a déjà été sollicité pour recréer une œuvre vidéo produite par une galerie d’art bordelaise incontournable, étudier la faisabilité technique d’ une œuvre contemporaine programmée pour une exposition à Bruxelles menée par l’association Pleonasm, apporter des solutions techniques pour des supports vidéo destinées à la recherche sur l’autisme menée conjointement avec une équipe du CNRS...

L’ESAA Aquitaine, jusque là discrète, semble avoir patiemment acquis la légitimité de mettre en avant ses valeurs humanistes et proposer une alternative dans l’enseignement artistique privé...

Un modèle à suivre...